GEORGES VALMIER 1885-1937

Biographie

Georges Valmier, né à Angoulême en 1885, part vivre à Montmartre avec sa famille à l'âge de ses 5 ans. Il grandit dans l'amour des arts notamment grâce à son père qui lui enseigne la peinture ainsi que la musique. Ce n'est qu'en 1905, au retour de son service militaire, que le jeune Valmier esquisse ses premières œuvres. 

En 1907, il découvre l'univers artistique de Cézanne, considéré comme précurseur du postimpressionnisme et du cubisme, lors de la rétrospective qui lui est dédiée par le Salon d'Automne. La même année, il intègre l'école des Beaux-Arts et bénéficie de l'enseignement de Luc-Olivier Merson jusqu'en 1909.

Après son départ des Beaux-Arts, sous l'influence de Cézanne, le style artistique de Valmier évolue. Lorsque le Cubisme commence à se manifester, le peintre offre des toiles avec des formes plus géométriques, des volumes simplifiés et des diagonales dynamiques rythmant les compositions.

En 1913, le peintre expose ses œuvres pour la première fois au Salon des Indépendants. L'année suivante, il expose dans ce même Salon, il attire alors l'attention d'André Salmon qui qualifie son travail de post-cubiste. 

Après la Première Guerre mondiale, Valmier rencontre le marchand et éditeur d'art français Léonce Rosenberg qui le prend rapidement sous contrat. En 1921, Rosenberg lui organise une exposition personnelle dans sa Galerie de L'Effort Moderne. La même année, il participe à l'exposition Les Maîtres du Cubisme. A cette période, Valmier réalise alors des peintures considérées comme abstraites, il supprime des détails et agrandit ses plans géométriques.

De 1922 à 1926, le peintre exprime le désir d'expérimenter d'autres formes d'art, il s'intéresse alors aux recherches théâtrales. Il travaille donc sur les décors et costumes pour plusieurs pièces de théâtre comme Cyprien ou l'Amour à 18 ans de Georges Pillement (1923) ou encore pour des ballets tel que La Farce du Pont-Neuf (1926).

De 1923 à 1927, toujours soutenu par Léonce Rosenberg, il publie régulièrement ses œuvres dans le Bulletin de L'Effort Moderne.

Au début des années 1930, Valmier participe à nombreuses expositions à New-York, Vienne, Varsovie, ainsi qu'à Paris. En 1931, il devient membre du groupe "Abstraction-Création" aux côtés d'artistes tel que Jean Arp. Il participe à de nombreuses manifestations jusqu’à la dissolution du groupe en 1936.

En 1936, il se lance dans trois œuvres monumentales pour la décoration de la salle de cinéma du Palais des Chemins de Fer de l'Exposition Universelle de 1937. Malheureusement, Valmier ne profitera pas de l'aboutissement de ce projet puisqu'il décède en mars 1937, à Montmartre.

 

Œuvres