Le parc, 1902
Huile sur toile
81 x 65 cm
Signé en bas à droite : Raoul Dufy
L'authenticité de cette oeuvre a été confirmée par Madame Fanny Guillon-Laffaille le 28 novembre 2019.

PROVENANCE

Palais Galliera, Paris, 12 mars 1964.


BIBLIOGRAPHIE

Maurice Laffaille, Raoul Dufy, Catalogue Raisonné de l'oeuvre peint, tome I, Ed. Motte, Genève, 1972, reproduit sous le n°35 p.35.
Marcelle Berr de Turique, Raoul Dufy, Ed. Librairie Floury, 1930, p.67.


Demande d'informationsRAOUL DUFY - Le parc, 1902
ÊTRE NOTIFIÉ DES NOUVELLES ŒUVRES DE L'ARTISTERAOUL DUFY - Le parc, 1902

BIOGRAPHIE

Le Havre 1877 - Forcalquier 1953

Alors qu'il est apprenti dans une maison d'importation de café, Raoul Dufy suit les cours du soir du peintre Charles Lhuillier à l'École des Beaux-Arts du Havre. Il se lie d'amitié avec Emile Othon-Friesz avec lequel il partagera ensuite un atelier à Montmartre et qui restera un de ses plus fidèles amis.
En 1900, Raoul Dufy part étudier aux Beaux-Arts de Paris où il retrouve Othon-Friesz. Ses toiles sont exposées au salon des Artistes français puis en 1903 au salon des Indépendants où il découvre le tableau de Matisse, Luxe, Calme et Volupté qui sera pour lui une révélation.

Marqué par le fauvisme, Raoul Dufy ouvre une fantastique période de production. Ses couleurs sont pures et vives, retranscrivent les émotions, éclairent le tableau selon le principe de "la lumière couleur".
Après une brève incursion vers le cubisme cézannien lors de ses séjours en Provence avec Braque, Dufy atteint son apogée en créant son propre langage pictural fondé sur la dissociation de la couleur et du dessin.
Pour Dufy, les couleurs ont leur vie propre, elles dépassent l'objet. Ce sont elles qui structurent ses toiles en formant des zones plus ou moins larges, de grands aplats de couleurs vives sur lesquels le peintre rajoute le dessin des divers éléments.

À partir des années 20, il se lance alors dans une production intense et multiple : gravures et illustrations pour André Gide, création de motifs pour le couturier Paul Poiret, décors pour Cocteau, commandes publiques et expositions à travers le monde.
Il réalise notamment une œuvre monumentale pour le pavillon de l'Électricité de l’Exposition internationale de 1925 qui se nomme La Fée Electricité (aujourd'hui visible au Musée d'art moderne de la Ville de Paris).

Ni la polyarthrite rhumatoïde, dont il souffre depuis 1937, ni l'âge ne le ralentissent. Un an avant sa mort, il remporte le prix de peinture de la 26e Biennale de Venise, qui couronne l'ensemble de son oeuvre. Célèbre et adulé, Raoul Dufy meurt le 23 mars 1953 à Forcalquier.
Grand coloriste, Raoul Dufy a laissé une oeuvre considérable derrière lui : deux mille peintures, quatre mille aquarelles et de nombreux dessins, gravures, illustrations, céramiques et modèles de tissus imprimés.

Newsletter

Suivez l'actualité de HELENE BAILLY GALLERY en vous inscrivant à la newsletter.


S'abonner
Demande d'informations
Annuler