Lucien Vogel, 1921
Sculpture en bois
Hauteur : 58 cm
Signé et daté sur le socle : Chana Orloff ; 1921

EXPOSITIONS

Salon d'Automne 1921, XIV exposition, Grand Palais, Paris.
Salon de l'Araignée, 1923, Galerie Devambez, Paris.
Fastes de la vie parisienne : 1909 à 1929, Musée Gallièra, 1957, Paris.


BIBLIOGRAPHIE

Félix Marcilhac, Chana Orloff : Catalogue Raisonné de l'oeuvre sculpté, Les éditions de l'amateur, Paris, 2000, illustré sous le n°51, p.214.


Demande d'informationsCHANA ORLOFF - Lucien Vogel, 1921
ÊTRE NOTIFIÉ DES NOUVELLES ŒUVRES DE L'ARTISTECHANA ORLOFF - Lucien Vogel, 1921

BIOGRAPHIE

Starokonstantinov 1888 - Tel Aviv 1968

Chana Orloff est née en 1888 en Ukraine d'où sa famille, fuyant les pogroms, s'embarque en 1905 pour la Palestine.
En 1910, couturière talentueuse, elle part pour Paris, afin de compléter sa formation. Elle découvre son goût et son don pour le dessin et s'inscrit en 1912 à l'École des Arts décoratifs, puis opte pour la sculpture qu'elle étudie à l'académie Vassilieff à Montparnasse où elle se lie avec Soutine, Modigliani, Zadkine, devenant une des figures incontournables de l'avant-garde artistique parisienne.

En 1916 elle expose aux côtés de Matisse, Rouault et Kees Van Dongen à la galerie Bernheim-Jeune. Cette même année elle épouse le poète polonais Ary Justman dont elle aura un fils en 1918, Elie. Ary Justman meurt de la grippe espagnole en 1919.

Chana Orloff décide alors de réaliser un album de portraits des personnes qui lui sont chères : Bois gravés de Chana Orloff, une collection de 11 gravures sur bois publiées en mai 1919. Puis de 1919 à 1923, elle travaille à un autre album, Figures d'aujourd'hui, présentant un impressionnant éventail d'artistes d'après-guerre incluant Jean Cocteau, Max Jacob, Picasso, Braque, Derain, Kisling, Léger...

Introduite au milieu littéraire parisien de Clifford Barney, rue Jacob, par ses amis Edmond et Madeleine Fleg, Chana Orloff devient rapidement la portraitiste de l'élite parisienne.
Elle participte à l'Exposition Internationale de Genève en 1920 aux côtés de Archipenko, Zadkine, Vassilieff, Gontcharova, Larionov, Jawlensky et à la première exposition russe d'Arts décoratifs à la Whitechapel Art Gallery à Londres en 1921. En 1925 elle expose au Salon d'Automne. En 1929, une exposition personnelle lui est consacrée à la Weyhe Gallery à New York qui fut un véritable succès.

En 1942, les lois antijuives la rattrapent en pleine maturité de son art. Elle ne peut plus exposer ni vendre officiellement. Prévenue par le fondeur Alexis Rudier de l'imminence de la rafle du Vél'd'hiv, elle s'enfuit, avec son fils Élie, en zone libre, à Grenoble, à Lyon puis passe clandestinement en Suisse. Elle s'installe à Genève où on lui prête un atelier.
Lorsqu'elle regagne Paris en 1945, sa maison a été pillée. Une centaine de sculptures ont été volées ou détruites. Elle ne restaurera pas ses sculptures mutilées, mais montrera ici et là, sur des socles, une tête privée de son corps, un buste fracassé.
En 1946, sa sculpture Le Retour marque un tournant dans son œuvre. Elle est encensée à la Galerie de France à Paris où elle fut exposée.

Après des rétrospectives à Amsterdam, Oslo, New York, Chicago et San Francisco, Chana Orloff expose à Tel Aviv, Jérusalem et Haifa.
Au cours des années 50, elle réalise plusieurs sculptures publiques pour Israël et en 1961 une grande rétrospective de son œuvre est organisée par les Musées israéliens.
Elle décède à Tel Aviv le 18 décembtre 1968.

Newsletter

Suivez l'actualité de HELENE BAILLY GALLERY en vous inscrivant à la newsletter.


S'abonner
Demande d'informations
Annuler