La fille aux cheveux jaunes, 1944
Huile sur toile
81 x 109 cm
Monogrammé et daté en bas à droite : H. 44. Signé et daté au dos : Hélion Mai 44
Certificat d'authenticité délivré par Mme Jacqueline Hélion en date du 24 octobre 2017.

PROVENANCE

Collection David Hélion
Collection particulière


EXPOSITIONS

Hélion ou l'invention de l'Autre, Salle du Quai Antoine Ier, Monaco, 4 mars - 24 avril 2000.


BIBLIOGRAPHIE

Salle du Quai Antoine Ier, Monaco, Hélion ou l'invention de l'Autre, Catalogue d'exposition, 2000, reproduit en couleur p.54.

Cette oeuvre est répertorié dans le Catalogue Raisonné en ligne de l'oeuvre de Jean Hélion sous la direction de Madame Jacqueline Hélion.


Demande d'informationsJEAN HÉLION - La fille aux cheveux jaunes, 1944
ÊTRE NOTIFIÉ DES NOUVELLES ŒUVRES DE L'ARTISTEJEAN HÉLION - La fille aux cheveux jaunes, 1944

BIOGRAPHIE

Couterne 1904 - Paris 1987

Jean Hélion, de son vrai nom Jean Bichier est un peintre français figuratif.
En 1921, il s'installe à Paris où il travaille comme apprenti dessinateur chez un architecte pour qui il parcourt la capitale afin d'effectuer des relevés. Ses premières peintures de 1922-1923 montrent alors les rues de Paris, des portraits et des paysages. Sa rencontre avec le collectionneur Georges Bine en 1925 est déterminante et permet à Hélion de se consacrer entièrement à la peinture. En 1926, il héberge le peintre Torrès-Garcia qui l'introduit au cubisme et à la peinture moderne. Imprégné par l'esthétique néo-plastique introduite par Piet Mondrian et Théo Van Doesburg, Jean Hélion peint dans un premier temps des œuvres régies par la géométrie. Quelques temps plus tard, il s'oriente vers un style plus abstrait et fonde en 1930 aux côtés de Van Doesburg, Léon Tutundjian et Otto Carlsund les prémices d'un groupe qui deviendra une année plus tard le mouvement Abstraction-Création. À la fin des années 1930, Jean Hélion renoue avec une certaine figuration.
Au début des années 1940, installé aux États-Unis où il fuit la guerre, il épouse Pegeen Guggenheim (fille de Peggy). Ses œuvres de cette période se distinguent des précédentes par leur côté figuratif et leurs sujets tirés du quotidien. Ses œuvres connaissent après une période de léger rejet, un succès certain qu'atteste son exposition à la Biennale de Paris en 1965. Aujourd'hui, son œuvre est considéré comme ayant ouvert la voie aux Nouveaux Fauves allemands.

Newsletter

Suivez l'actualité de HELENE BAILLY GALLERY en vous inscrivant à la newsletter.


S'abonner
Demande d'informations
Annuler