EDOUARD MANET

Paris 1832 - Paris 1883

Édouard Manet naît en 1832 dans une famille de la haute bourgeoisie parisienne.
Avec l'aval de son père, il intègre de 1850 à 1856 l'atelier de Thomas Couture, peintre académique. Au cours de cette période, il visite les musées italiens et voyage également en Allemagne, en Autriche et en Hollande. À Paris, il s'enthousiasme pour Eugène Delacroix qu'il rencontre, et copie les maîtres exposés au Louvre.

Manet souhaitera toute sa vie convaincre au Salon, seule manifestation où s'imposer alors et où il postule dès 1859. Une seule de ses toiles y est bien accueillie en 1861 : Le Chanteur espagnol, (1860).

Exposé au Salon des Refusés en 1863, son Déjeuner sur l'herbe (1863), inspiré de Giorgione est d'un style qui dérange. Mais le sujet choque surtout par la présence d'une femme nue parmi des hommes revêtus de vêtements contemporains. Aussi le scandale est-il bien plus grand encore quand Manet présente au Salon officiel, deux ans plus tard, son Olympia (1863), un portrait sans fard d'une courtisane parisienne, une toile que la critique juge indécente par le sujet et grossière dans le traitement.


En 1866, il rejoint un groupe d'artistes indépendants composé de Degas, Monet, Bazille, Pissarro et Cézanne qui se retrouvent au café Guerbois, près de son atelier aux Batignolles. Manet apparaît alors rapidement comme leur chef de file.
En 1867, exclu de l'Exposition universelle, il expose 50 toiles dans un pavillon personnel, comme Gustave Courbet l'avait fait en 1855.

Manet doit attendre le Salon de 1881 pour recevoir enfin la médaille tant convoitée. Il est à cette époque immobilisé, malade, dans sa maison de Rueil. Il meurt le 30 avril 1883. Son art est alors reconnu, mais encore partiellement incompris.

L'art de Manet établit avec la tradition classique une rupture ouvrant la voie à l’impressionnisme, et à sa suite toutes les écoles qui représenteront l’art moderne. Comme Baudelaire, il va jouer un rôle d'intermédiaire entre deux époques. Dans la spontanéité précoce de sa manière de rendre un spectacle directement observé au profit d'une affirmation de l'œuvre pour elle-même, il offre un berceau à l'art moderne.

 
En savoir plus