AUGUSTE RODIN

Paris 1840 - Meudon 1917

Auguste Rodin est né en 1840 à Paris et meurt en 1917 à Meudon. Dès l'âge de 14 ans, il étudie à l'Ecole Spéciale de Dessin et de Mathématique, aujourd'hui plus connue sous le nom d'Ecole Supérieure des Arts Décoratifs et il apprend à développer sa sensibilité esthétique auprès d'Horace Lecoq de Boisbaudran. Il fait la rencontre d'Alphonse Legros et, en 1855, il découvre la sculpture en suivant les cours d'Antoine-Louis Barye et d'Albert-Ernest Carrier-Belleuse. A la sortie de ses études il travaille dans divers ateliers de sculpture en tant qu'artisan-praticien, au coeur des changements urbains entrepris par le Baron Haussmann. Après un séjour chez les prêtres du très-saint-sacrement, suite au décès prématuré de sa sœur Maria, le père Pierre-Julien Eymard lui conseille vivement de persévérer dans la sculpture.
De 1865 à 1870, il collabore étroitement avec Carrier-Belleuse, sculpteur renommé de l'époque. Son travail est finalement récompensé en 1875 et il expose au Salon de Paris. De cette collaboration naîtra de nombreuses ornementations, notamment pour l'Opéra Garnier ou le théâtre des Gobelins.
En 1870, il travaille avec Antoine-Joseph Van Rasbourgh sur la Bourse de Commerce de Bruxelles. En 1877, il expose L'Age d'Airain au Cercle artistique et littéraire de Bruxelles et au Salon des Artistes français de Paris. En 1879, il intègre la Manufacture nationale de Sèvres et ouvre son atelier au Dépôt des Marbres en 1880.
L'Etat lui commande une transcription sculpturale des Fleurs du Mal de Baudelaire, son œuvre la plus importante en taille, qui ne sera pas fondue de son vivant. En 1882, il crée Le Penseur. En 1884, sa tumultueuse relation avec la brillante Camille Claudel lui inspire L'Eternel Printemps.
L'œuvre de Rodin crée une rupture dans la sculpture académique de l'époque, notamment parce qu'il s'attache à créer l'émotion dans toutes les parties du corps de ses sujets. La main comme le visage laisse transparaître la sensibilité du sculpteur et Rodin développe de nouvelles techniques : l'assemblage, la démultiplication et la fragmentation. Sa façon de sculpter le mouvement s'émancipe de toute contrainte et confère à ses œuvres une impression de liberté totale. Il joue subtilement sur les déséquilibres pour libérer ses sujets du bloc originel tout en revenant sans cesse au matériau brut.
En 1889, il fonde la Société nationale des Beaux-Arts et réalise le buste de Victor Hugo pour le Panthéon. Il expose avec Claude Monet à la Galerie Georges Petit. En 1894, il séjourne chez celui-ci à Giverny et y rencontre Paul Cézanne. En 1916, il fait trois donations à l'Etat Français, préparant ainsi sa succession. La création du musée Rodin est rapidement votée par le Sénat.

En savoir plus