JAE KO

Corée 1961

Jae Ko utilise des matériaux inhabituels mêlant papier pour imprimante et encres traditionnelles asiatiques. Elle remodèle des kilomètres de papiers de bureau de la vie quotidienne en des formes harmonieuses puis les baigne dans l'encre et les laisse sécher pendant plusieurs mois. Ko explique : "Les bordures des papiers infiniment longs créent des dessins de lignes constitués de spirales, d'endroits plus ou moins serrés en fonction de comment je les enroule". Au fil du temps, le papier absorbe l'encre, s'allonge et se gonfle dans des formes organiques sculpturales guidées par la conception de l'artiste. Son travail s'inscrit dans un espace entre l'écriture et la sculpture, cette forme biomorphique ressemble souvent à un signe calligraphique gonflé. Bien que Ko aime laisser libre interprétation à l'imaginaire du spectateur, elle reconnaït des références personnelles dans son geste. Elle est notamment attirée par les formes asiatiques traditionnelles, les détails architecturaux comme les colonnes mais aussi l'intérieur des fleurs. Ces sources d'inspiration offrent à ses pièces un résultat alliant couleur, forme et texture avec une richesse d'émotions et d'allusions.

En savoir plus