HENRI LE SIDANER

Port-Louis 1862 - Paris 1939

Après avoir passé les premières années de sa vie dans les Antilles, Henri Le Sidaner  s'installe en France avec sa famille en 1872. Il commence à étudier l'art en 1877 avec le peintre Alexandre Desmit à Dunkerque et en 1882 il entre dans l’atelier d'Alexandre Cabanel à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris.
De 1882 à 1893, Le Sidaner se rend à Étaples dont le paysage côtier lui fournit de nombreux thèmes pour ses œuvres en plein air.

Le Sidaner commence à exposer au Salon des Artistes Français en 1887. Ses œuvres naturalistes d'Etaples reçoivent un bon accueil et lui permettent de voyager en Italie et en Hollande en 1891. Trois ans plus tard, il présente des tableaux impressionnistes influencées par Monet à la Société Nationale des Beaux-Arts.
De 1896 jusqu’à la fin du siècle, Le Sidaner peint des toiles aux thèmes symbolistes représentant des femmes pensives, vêtues de blanc dans des jardins au crépuscule.

Dès 1900, Le Sidaner décrit plus rarement la figure humaine. À la place, il dépeint aussi bien Bruges, Beauvais, Chartres ou encore Londres et Venise.
Ses oeuvre représentent également les jardins et l'intérieur de sa maison à Gerberoy, où il vit à partir de 1901-1902 et où la présence humaine est signifiée par le biais d'une table ou d'un livre ouvert, ajoutant intimité et mystère à ses peintures.

À partir de 1897 et jusqu’à sa mort, il expose régulièrement à Paris, Londres, Bruxelles et aux États-Unis. En 1930, il devient professeur de l'Académie des Beaux-Arts et en 1937, il en devient le président.

En savoir plus