EUGENE BOUDIN

Honfleur 1824 – Deauville 1898

Eugène Boudin naît à Honfleur le 12 juillet 1824. En 1835, sa famille s'installe au Havre. Boudin travaille chez un imprimeur, puis chez un papetier. Il a ainsi l’occasion d’entrer en contact avec des peintres associés à l’Ecole de Babizon comme Constant Troyon, Eugène Isabey ou encore le poète Charles Baudelaire. A 22 ans, encouragé par Jean-François Millet et Thomas Couture, il abandonne le commerce pour la peinture.
Alors que classicisme et romantisme s’affrontent, Eugène Boudin choisit une voie nouvelle, inspirée par les peintres de l'école de 1830, mais tournée vers le plein air, et surtout vers la recherche du fugitif.
Préoccupé par la représentation de figures en lumière naturelle, Eugène Boudin invente la scène de plage en 1862. L’influence de ce genre nouveau sur les peintres du futur groupe impressionniste est indéniable.
À partir de 1870, la demande des marchands le pousse à se tourner vers la peinture de marine. Ce casanier, amoureux des ciels de l'estuaire de la Seine, se trouve alors contraint de voyager. Aux Pays-Bas ou à Bordeaux, à Berck ou à Venise, le ciel et la lumière constituent ses véritables sujets.
Au cours des années 1870, cette étude attentive de la lumière l'amène à initier le principe de la série puis, au cours de la décennie suivante, il parvient au seuil de la peinture pure.
Eugène Boudin peine à faire accepter cet art de liberté, fondé sur l’évanescence, à un public amateur de peinture descriptive. Dans les années 1890, après des années de lutte, d’obstination et de pauvreté, il obtient enfin une reconnaissance relative.
En 1898, Eugène Boudin, toujours insatisfait et désireux d’élever sa peinture vers de nouveaux degrés d'exigence, s'éteint à Deauville, dans son modeste chalet tourné vers ce qui fut la quête de toute sa vie, la mer, le ciel et la lumière.

En savoir plus