ERNST LUDWIG KIRCHNER

Aschaffenbourg 1880 - Frauenkirche 1938

Ernst Ludwig Kirchner, né en Bavière en 1880 est généralement considéré comme l'un des peintres les plus importants de l'expressionnisme allemand. De 1901 à 1905, il étudie l'architecture à Dresde où il rencontre et travaille avec Fritz Bleyl, Erich Heckel et Karl Schmidt-Rottluff. Il obtient son diplôme en 1905 mais décide cependant de se consacrer uniquement à la peinture, s'opposant ainsi à la volonté de son père. La relation artistique et intellectuellement intense qu'entretiennent les quatre artistes conduit à la formation du groupe « Die Brücke » qui, selon Schmidt-Rottluff, avait pour but d' « attirer tous les révolutionnaires et les forces agitées » afin de créer un nouveau style artistique, en rupture avec la tradition académique. En 1906 a lieu leur première exposition, centrée sur le nu féminin, à Dresde.
En 1911, Kirchner s'installe à Berlin où il y découvre de nouveaux espaces et paysages. Il peint la ville et la rue de manière simplifiée, utilisant des formes aux contours nets et aux traits expressifs dans des couleurs qui s'entrechoquent.
En 1918, Kirchner s'installe à Frauenkirche près de Davos et se consacre presque exclusivement à des scènes de montagne, renonçant, dit-il, à la superficialité de la vie moderne. La Première Guerre mondiale aura un impact sur sa vie et sa peinture. L'expérience de la guerre et le service militaire causera chez l'artiste une angoisse existentielle qui le conduira notamment à la maladie et à de longs séjours dans des sanatoriums. En 1933, Ernst Ludwig Kirchner est qualifié d'« artiste dégénéré » par le régime nazi et on demande son renvoi de l'Académie des Arts de Berlin. Quatre ans plus tard, plus de 600 de ses oeuvres sont retirées des musées allemands, puis vendues ou détruites. Traumatisé par ces événements et l'imminence de la guerre, Kirchner se suicide en 1938.

En savoir plus