ANDRÉ LANSKOY

Moscou 1902 - Paris 1976

D'origine russe, André Lanskoy commence sa carrière à Paris en 1921 en intégrant l'Académie de la Grande Chaumière d'où sont également issus des artistes comme Alexander Calder ou Serge Poliakoff. C'est dans ce lieu qu'il se consacrera entièrement à la peinture. Dès 1923, il est repéré par le riche galeriste et collectionneur allemand Wilhelm Uhde à la Galerie de la Licorne. Celui-ci lui consacrera une exposition personnelle en 1925. C'est dans cette même année qu'André Lanskoy expose aux côtés d'artistes de renom comme Léopold Survage, Robert et Sonia Delaunay, Ossip Zadkine et d'autres artistes russes vivant à Paris. D'abord qualifié de peintre figuratif, il se tournera en 1938 vers l'abstraction lyrique dont il sera l'un des grands représentants. Vers 1960, Lanskoy maîtrise totalement son expression abstraite. L'importance accordée au travail de la matière picturale, étroitement liée à la recherche colorée, apparaît comme étant l'une des caractéristiques principales de son art. En effet il dira à ce sujet « qu'une tache posée sur une toile cherche à prendre forme et lutte avec les autres taches posées sur la même toile ». D'autre part, la recherche dans le domaine de la couleur est manifestement une des préoccupations fondamentales du peintre. Certaines de ses toiles s'organisent autour d'une dominante colorée, en cherchant à créer une harmonie spatiale. D'autres jouent sur les nombreux contrastes de la gamme chromatique, avec équilibre ou rupture des valeurs, de façon à faire éclater les couleurs. Chez Lanskoy, le procédé stylistique de la fragmentation colorée, qui se met en place dès la période figurative, connaîtra un développement jusque dans la technique du collage. La juxtaposition de bandes de papiers colorés est bien une exacte reprise du principe stylistique des traits parallèles des compositions picturales. On peut rapprocher cette technique de celle de de Staël ou de Matisse dans ses papiers découpés.
D'autre part, l'éclairage et la lumière sont des éléments constants dans l'?uvre de l'artiste. La lumière est répartie uniformément et l'éclairage, systématiquement frontal, baigne de part en part l'espace pictural. Cette particularité du rendu de la lumière, sur un plan strictement technique, produit une certaine pesanteur du champ pictural. L'espace ne s'approfondit pas et les masses d'air sont immobiles et pesantes.

En savoir plus